Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques notes relatives aux théories visant à donner des outils pour comprendre la prise de décision telle qu'elle a lieu au sein d'entités complexes comme un état. Il s'agit ici de donnée utiles pour rendre à l'avenir plus saillants les problèmes dans la zone d'Union et qui ont conduit notamment au désastre qui est à l'origine de Désunion. Ces données cependant sont exploitables dans d'autres cadres, en particulier ceux dominés par les thématiques :

  • contemporain-fantastique
  • théorie du complot
  • cyberpunk

Complexe militaro-industriel

L’expertise des militaires

L’importance et la place particulière tenue par les militaires au sein de l’élite du pays est le résultat d’une valorisation progressive de ce groupe social par les civils, du domaine politique comme économique. La préparation et la pratique de la guerre sont considérés comme un état normal de la société et orientent l’ensemble de ses domaines constitutifs. Au fil des années les militaires se sont vus reconnaître une expertise et un domaine de compétence de plus en plus étendu. Il en résulte désormais qu’il suffit que des considérations de sécurité nationale soient invoquées pour que les militaires soient en position décisionnelle plutôt que les politiques ou les diplomates.

L’économie de guerre

Caractérisée par la fusion de l’économie privée et de la bureaucratie militaire, le capitalisme militaire est marqué par « la prédominance des seigneurs de la guerre sur des industriels dépendants de leurs commandes, mais aussi sur les scientifiques qui profitent de leur mécénat. » (Irondelle & Joana, 2004, p.23) Des décisions qui n’ont pas d’intérêt tactique, voire qui peuvent se révéler contre-productive, sont prises malgré tout, comme si elles étaient « seulement motivées par une volonté d’étendre [son] pouvoir sur d’autres bureaucraties étatiques et dans des secteurs de la société […] qu’ils ne contrôlaient pas jusque là » (p.24).


 

http://images.metmuseum.org/CRDImages/ph/web-large/DP71166.jpg

 

Une bureaucratie contradictoire

La bureaucratie politique

Outre une structure globale favorisant le développement et l’action d’un complexe militaro-industriel, le pays est organisé par une bureaucratie puissante qui influence le système simplement en défendant ses intérêts. En premier lieu il faut comprendre que le processus politique est fragmenté entre plusieurs organisations rivales, il n’est donc pas hiérarchique. Puisque chaque bureaucratie dispose d’une marge de manœuvre importante, il est vain de les considérer comme des agents mécaniques et neutres d’exécution de la politique publique : bureaucrates comme administrations sont guidés par leurs intérêts propres, dont la défense de la survie de leur organisation, sa préservation, la volonté de favoriser sa croissance. La compétition est permanente pour obtenir des budgets ou une meilleure influence sur le pouvoir décisionnel. En fait, l’appartenance à une administration donnée va jusqu’à influencer directement la manière de voir les choses de même que sur le risque de négliger certains événements en faveurs d’autres mis en exergue. (Irondelle & Joana, 2004, p.40-41)

Moyens permettant d’influencer les décisions

La bureaucratie pour mener ses actions dispose de quatre ressources : l’expertise, la longévité, la continuité et la responsabilité pour la mise en œuvre de certaines actions gouvernementales. Les chances de succès d’une administration croissent quand elles disposent d’une expertise socialement appréciée ou quand elle a le soutien d’une clientèle administrative et / ou électorale. Dans tous les cas le marchandage, l’ajustement et le compromis caractérisent l’action en milieu bureaucratique. Pour influencer le pouvoir politique, la bureaucratie dispose de plusieurs techniques : n’informer le président que de ce qui est nécessaire pour le convaincre ; présenter son option avec deux alternatives impraticables ; ne jamais être d’accord avec une prise de position qui pourrait compromettre les vôtres ; toujours prédire les conséquences les plus désastreuses si votre option n’est pas retenue. En définitive, la politique bureaucratique pose problème pour la capacité de contrôle, la responsabilité et la légitimité du pouvoir politique. (Irondelle & Joana, 2004, p.40-41)


 

http://images.metmuseum.org/CRDImages/ph/original/USSignalCorpsTR.167.1.2003.jpg

Bibliographie :

« « État de l’art » sur la sociologie politique d’armement – Les approches anglo-saxonnes », par Bastien Irondelle et Jean Joana, in Le choix des armes - Théories, acteurs et politiques, sous la direction de William Genieys, CNRS éditions, 2004, p.19-82.

Tag(s) : #Civ - Union & Désunion